Crisis electoral: Martelly crea comisión y opositores anuncian protesta durante balotaje

El presidente haitiano, Michel Martelly, creó por decreto una Comisión Electoral de Evaluación (CEE) con la que dice buscar una salida a la crisis asociada a los comicios que hoy vive el país.

Se trata de un comité de cinco miembros encargado de identificar y recomendar las medidas que deben adoptarse para garantizar la transparencia, credibilidad y legitimidad del actual proceso electoral.

El decreto designa como integrantes de la CEE a Rony Desroches, director de un grupo de observadores haitianos; y al miembro de la Conferencia Episcopal, Patrick Aris, crítico con las elecciones.

También incluye al exalcalde capitalino, Joseph Emmanuel Charlemagne, y a dos miembros más: Euvonie Georges Auguste y Anthony Pascal.

Asimismo establece que los dos candidatos que pasaron a la segunda ronda presidencial del 27 de diciembre, el oficialista Jovenel Moise y el opositor Jude Celestin, podrán designar a sendos observadores.

Según Martelly, la CEE será asistida además por expertos de la Unión Europea (UE) y observadores de la Organización de Estados Americanos (OEA), para colaborar en el cumplimiento de su misión.

Poco antes, el primer ministro haitiano, Evans Paul, propuso al mandatario crear una comisión que en tres días debía hacer recomendaciones al Consejo Electoral Provisional (CEP) y al gobierno.

La propuesta de Paul fue rechazada por los ocho candidatos presidenciales opositores que cuestionan la legitimidad de los resultados emitidos por el CEP.

Ese grupo, conocido como el G8, dijo que con ello Paul intentaba sustituir la comisión independiente de verificación propuesta por ellos para auditar los comicios haitianos y determinar si hubo fraude.

Los opositores calificaron aquella propuesta de maniobra de las fuerzas antidemocráticas gubernamentales para suplantar una comisión independiente por otra compuesta por partidarios del régimen.

Ante la CEE creada por Martelly, el G8 anunció que se reunirá para adoptar formalmente una posición sobre el tema e insistió en que la renuncia del CEP es necesaria hoy más que nunca.

En tanto, los 10 senadores que aún mantienen sus puestos denunciaron en un comunicado el carácter unilateral de la decisión de Martelly y consideraron que no contribuirá a solucionar la crisis.

Poco antes los senadores solicitaron a Martelly suspender el proceso hasta esclarecer las acusaciones de fraude e irregularidades en las elecciones del 25 de octubre.

Prensa Latina

Haïti-Élections : Nouvelles manifestations annoncées, en dépit de la mise en place d’une “commission d’évaluation électorale”

Après celle du 16 décembre, une nouvelle manifestation est annoncée le 27 décembre 2015 (date fixée pour le second tour de la présidentielle) pour dénoncer les élections du 9 août et du 25 octobre 2015, apprend l’agence en ligne AlterPresse.

La manifestation du 27 décembre sera nationale parce qu’elle va s’étendre dans les dix départements du pays où on prévoit un vote symbolique contre le Conseil électoral provisoire (Cep), le chef de l’Etat, Michel Martelly et la communauté internationale, indique le secrétaire exécutif de la plateforme « Pitit Desalin » Assad Volcy.

« Le peuple haïtien à travers le G8 (Groupe des huit candidats contestataires) et les structures politiques engagées dans la lutte contre le coup d’état électoral va voter, à travers les rues, contre Michel Martelly, ses acolytes ainsi que l’oligarchie bourgeoise », déclare Volcy.

Il lance un ultimatum du 16 au 27 décembre au président Martelly et aux membres du Cep pour démissionner, sinon la mobilisation annoncée au 27 décembre sera gigantesque à travers le pays

A l’appel de plusieurs organisations de l’opposition comme la plateforme « Pitit Desalin », « Fanmi Lavalas » et la Table de résistance, des milliers de manifestantes et manifestants ont défilé à Port-au-Prince pour continuer de dénoncer ces élections, à l’occasion du 25e anniversaire (16 décembre 1990-16 décembre 2015) de la réalisation d’élections démocratiques dans le pays.

La publication des résultats définitifs controversés du premier tour de la présidentielle du 25 octobre 2015 a suscité un tollé dans les milieux politiques.

Le Groupe des huit candidats contestataires (G8), dont fait partie Jude Célestin a demandé de profonds changements dans le processus électoral et la mise en place d’une commission indépendante de vérification des procès-verbaux des élections du 25 octobre 2015.

Par arrêté présidentiel en date du mercredi 16 décembre, le chef de l’Etat, Michel Joseph Martelly a formé une commission présidentielle, dénommée « Commission d’évaluation électorale », chargée de prendre toutes les dispositions nécessaires, en vue d’évaluer le processus électoral.

Cette commission devra également faire des recommandations au Conseil électoral provisoire (Cep) et au gouvernement.

La décision prise par l’exécutif de former cette commission d’évaluation électorale est illégale et inopportune, dénonce la plateforme politique Renmen Ayiti, dans un communiqué en date du 17 décembre 2015.

Joint au téléphone par AlterPresse, le militant Assad Volcy de Pitit Desalin rejette d’un revers de main cette commission présidentielle parce que, selon lui, elle n’est pas indépendante.

Alter Presse